j’ai « meuh » la « lait »cture

Archive pour la catégorie 'Littérature'

« Alice au Pays des merveilles » et « La Traversée du Miroir » (Lewis Carroll)

Posté : 29 août, 2009 @ 3:12 dans films, romans etrangers | 2 commentaires »

2257786943090341.jpg

 

 

Résumé

Alice au Pays des merveilles : Tandis qu’elle s’ennuie 9951.gif, Alice voit tout à coup passer un lapin blanc, ce qui n’a rien d’exceptionnel. Mais, chose plus surprenante, elle le voit également tirer une montre de la poche de son gilet. Intriguée, là voilà qui se lance à sa poursuite.

La Traversée du Miroir : Alice discute avec son chat quand le miroir devient une brume argentée. Elle se retrouve sur un échequier géant où elle devient un Pion blanc…

Extrait « Le Morse et le Charpentier »

Le soleil brillait sur la mer,
Brillait de mille feux ;
Pour rendre les rouleaux luisants,
Il faisait de son mieux.
C’était le milieu de la nuit,
Détail le plus curieux.

La lune brillait, mais boudeuse,
Trouvant que son ami
N’avait plus rien à faire là,
Sitôt le jour fini.
« Il vient gâcher notre plaisir,
Ce n’est pas très poli ! »

La mer était toute mouillée,
Le sable, sec et ras.
Le ciel était vide d’oiseaux,
Car ils n’étaient pas là.
On ne voyait aucun nuage :
Il n’y en avait pas.

 Le Morse et le Charpentier, main
Dans la main, cheminaient ;
Voyant, étendu, devant eux
Tant de sable, ils pleuraient.
« Ce serait plus beau, disaient-ils,
Si on le retirait. »

Le Morse dit : « Crois-tu que sept
Bonnes et sept balais,
En travaillant pendant six mois,
Pourraient tout déblayer ?
- J’en doute », dit en sanglotant
Le triste Charpentier.

« O Huîtres, implora le Morse,
Venez donc avec nous !
Echangeons des propos aimables,
Foulons le sable doux.
Nous ne pourrons donner la main,
Qu’à quatre d’entre vous. »

La plus vieille Huître l’observa,
Mais pas un mot ne dit.
La plus vieille Huître secoua
La tête puis lui fit
Un clin d’oeil : elle répugnait
A s’éloigner du nid.

Mais alors quatre jeunes Huîtres
D’accourir à la fête :
Manteau brossé, museau lavé,
Souliers propres et nets
(Alors que des pieds, elles n’en
Ont pas, ces pauvres bêtes).

Quatre autres Huîtres les suivirent
Et quatre autres encore ;
Elles arrivaient par troupeaux,
Et par un prompt renfort,
Il en sortait toujours de l’onde,
Dessus le sable d’or.

Donc le Morse et le Charpentier
Marchèrent très longtemps,
Puis s’assirent sur un rocher
Fort confortablement.
Devant eux, les petites Huîtres
Attendaient, bien en rang.

Le Morse dit : « L’heure est venue
De discuter de tout ;
Parlons souliers, bateaux, bougies,
Parlons rois, parlons choux,
Demandons-nous si les porcs volent
Et pourquoi la mer bout. »

Les Huîtres dirent : « Attendez
Avant de bavarder !
Car nous sommes toutes bien grasses
Et donc très essoufflées ! »
Le Charpentier dit : « Rien ne presse ! »
Il en fut remercié.

Le Morse dit : « Il nous faudrait
Une miche de pain.Il nous faudrait aussi du poivre,
Du vinaigre de vin.
Donc, au travail, Huîtres amies,
Car nous avons grand faim. »

« Nous manger, nous ! firent les Huîtres,
Prises d’une peur bleue.
Après tant d’amabilités,
Ce serait trop affreux ! »
Le Morse dit : « La nuit est belle,
Et le ciel est si bleu !

Merci de nous avoir suivis,
Vous si belles, si fines ! »
Le Charpentier dit simplement :
« Encore une tartine !
J’ai dû la demander deux fois.
Tu es sourd, j’imagine ! »

Le Morse dit : « J’ai grande honte
De les avoir bernées.
Nous sommes partis de si loin,
Elles ont tant marché ! »
Le Charpentier dit simplement :
« Le beurre est trop épais ! »

Le Morse dit : « Sur vous, je pleure,
Sur vous je m’apitoie. »
Avec force sanglots, des plus
Grosses il fit le choix.
Et devant ses yeux il brandit
Un grand mouchoir à pois.

« O Huîtres, dit le Charpentier,
Vous avez bien couru !
Si on rentrait à la maison ? »
Rien ne fut répondu.
Normal, puisqu’ils avaient mangé
Les Huîtres toutes crues.

Image de prévisualisation YouTube

Avis

J’ai eu du mal à commencer « Alice au pays… » mais après, les mots coulaient à flots devant mes yeux. j’ai eu du mal à arréter. Un livre très mignon à lire… Alice est vraiment très attanchante et ses aventures sont exceptionnelles… Ses deux histoires farfelues m’ont vraiment replongées dans mon enfance…
L’adaptation de Disney n’est pas vraiment très fidèle (elle prend des idées des 2 livres), celle de Tim Burton ne le sera certainement pas non plus mais bon… C’est à voir !

Image de prévisualisation YouTube

 

La planète des singes (Pierre Boulle)

Posté : 28 août, 2009 @ 11:19 dans films, romans francais | 1 commentaire »

 

Je lis...

 

Résumé

Deux amoureux en voyage, découvrent une bouteille flottant au beau milieu de l’espace. Elle contient un message, une longue histoire à vrai dire. Celle d’une expédition passée, à l’ère des premiers voyages spatiaux de 2500. L’équipage de cette expédition, composée du professeur Antelle et de ses deux acolytes, se rend dans le système solaire de Beltégeuse. Une grande surprise les y attends : une planète habitable tout d’abord, qui s’avérera être peuplée d’une civilisation des plus étonnantes…

Avis

Ce livre est bien loin des adaptations cinématographiques que l’on a l’habitude de voir. J’ai été malgré tout aimé ce livre. Au début, avec toutes les indications scientifiques, il a failli m’endormir… Mais on rentre vite dans l’action. Nova, Ulysse et Zira sont tous très attachant. J’ai redécouvert cette histoire, si différentes des films La planètes des singes (le premier réalisé par Franklin J. Schaffner et le deuxième par Tim Burton(mon préféré))…

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Monsieur Chasse (Feydeau)

Posté : 26 août, 2009 @ 10:15 dans pièces de théâtre | 1 commentaire »

 

b00007laqd08lzzzzzzz.jpg

 

Résumé

Duchotel, sous prétexte d’une partie de chasse, va rejoindre sa maîtresse, Mme Cassagne.Pour se venger, Mme Duchotel accepte le rendez-vous galant d’un des amis de son mari, le docteur Moricet.

Avis

Une pièce à mourir de rire… Du grand Feydeau !
Que dire de plus ? La prestation des acteurs est vraiment exceptionelle…

Image de prévisualisation YouTube

La révolte des accents (Erik Orsenna)

Posté : 25 août, 2009 @ 11:11 dans des livres pour réviser, romans francais | 1 commentaire »

9782253124009g.jpg

 

Résumé

Depuis quelque temps, les accents grognaient. Ils se sentaient mal aimés, dédaignés, méprisés. A l’école, les enfants ne les utilisaient presque plus. Chaque fois que je croisais un accent dans la rue, un aigu, un grave, un circonflexe, il me menaçait.
- Notre patience a des limites, grondait-il. Un jour, nous ferons la grève. Attention, notre nature n’est pas si douce qu’il n’y paraît. Nous pouvons causer de grands désordres?
Je ne prenais pas les accents au sérieux. J’avais tort.

Avis

Avez-vous déjà essayé de lire un texte sans accents (et à voix haute) ?

« Je ne pense qu’a vous, madame, je ne suis occupe que de vous… a peine le jour commence a paraitre que je quitte la chambre ou j’ai passe la nuit pour vous dire que je me suis deja repenti mille fois de n’avoir pas tout abandonne pour ne vivre que pour vous. »

Extrait de La princesse de Clèves

Dur, dur… Pas évident… Et pas joli à l’oreille… Ce petit livre, qui est la suite de La grammaire est une chanson douce et des Chevaliers du Subjonctifs nous montre ici, l’importance de l’orthographe et plus précisément des accents…
Une mine d’information sur notre langue… le français…

 

Un très beau livre à lire mais qui, néanmoins, est moins bien que La grammaire…

Persuasion (Jane Austen)

Posté : 24 août, 2009 @ 12:10 dans romans etrangers | 1 commentaire »

Je lis...

Résumé

Anne, la deuxième fille du baronnet Sir Walter Elliot, est une jeune femme de 28 ans, paisible et solitaire. La seule ombre de ce caractère effacé et tranquille : elle a refusée de s’engager dans un mariage d’amour 8 ans auparavant, poussée par son excellente amie Lady Russel, persuadée que cette union lui serait parfaitement défavorable.
Voilà qu’Anne est cependant amenée à rencontrer le jeune homme à nouveau. Frederick Wentworth, devenu capitaine de frégate, fait preuve d’une froideur et d’un dédain particulier à son égard, tandis qu’elle sent renaître dans son cœur les sentiments d’autrefois…

Avis

C’est grâce à mapetitebulle que j’ai lu ce roman. J’ai été emportée au fil des pages de ce livre. J’ai mis du temps pour le lire afin de pouvoir en  savourer chaque page…
J’ai fondu pour le capitaine Wentworth… Jane Austen sait nous décrire à chaque fois l’homme parfait emoticone… La lettre finale que Frederick écrit m’a particulièrement émue. J’ai failli pleurer (ah, l’hypersensibilité…)
Je me suis totalement détacher d’Orgueil et Préjugés pour lire Persuasion et je crois que j’ai bien fait car il y a beaucoup de similitudes entre les deux histoires et je me serais certainement attendu à voir un autre Darcy à la place d’un Wentworth…
Par contre j’ai trouvé beaucoup de similitude avec la vraie vie de Jane Austen (la rupture des fiançailles, la rencontre des années après…)…

1...34567...14
 

Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Dans le Jardin des mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour
| elfes, fées, gobelins...