j’ai « meuh » la « lait »cture

Etrange héritage

Classé dans : rédaction — 28 octobre, 2009 @ 17:17

 Voici une de mes rédactions de 4ème sur le thème du fantastique. Il s’agissait ici de raconter un fait étrange.  

 

Agatha et Edgar Stoker ont hérité, à la mort de leur grand-tante, d’un vieux manoir. Trouvant l’endroit trop sinistre à leur goût, ils ont décidé de faire quelques aménagements afin de rendre la demeure plus accueillante mais le couple constate d’étranges phénomènes…

contrastfinal.jpg

Par une nuit de pleine lune, l’heureux couple dormait paisiblement. Quand soudain, des éclairs tels les doigts du diable lacérèrent le ciel noir, le grondement de ses sabots résonna dans l’air lourd dans le lointain. Les ailes d’un oiseau frôlant les vitres de la chambre, réveilla en sursaut Agatha et Edgar, transis de peur, au beau milieu de la nuit… Derrière les fenêtres, le vent se glissait entre les branches et les feuilles pour les faire entonner un chant lugubre.

- Il faudra penser à faire déraciner les oliviers qui se trouvent près des fenêtres de notre chambre, dit Agatha encore endormie.

- Mais, ma chère, je les ai fait enlever cet après-midi lorsque tu étais partie faire les courses, expliqua Edgar à son épouse.

Tout à coup, le couple entendit des grincements inquiétants venir d’une pièce voisine, ils décidèrent de lever afin d’aller voir ce qui s’y passait.

-  Pourquoi as-tu remis les meubles comme avant, j’avais passé du temps à aménager cette pièce à mon goût, demanda Agatha surprise.

-  Je n’ai rien fait, je pensais que c’était toi, dit Edgar tout penaud.

C’est alors, devant leurs yeux ébaubis, que la vieille commode en bois de cerisier se déplaça seule afin de retrouver sa place originale de l’autre côté de la pièce.

- Que se passe-t-il ? Pourquoi ne m’as-tu jamais parlé de ce  «petit problème » avant ? hurla Agatha.

-  Je n’étais pas au courant, je pensais que tu changeais la disposition des meubles tous les matins avant de vaquer à tes occupations quotidiennes, je n’ai pas voulu te contr…

Le sifflement de la théière provenant de la cuisine le coupa dans son explication. Agatha sursauta puis hurla avant de dévaler les marches grinçantes du vieil escalier menant à la cuisine. Edgar la suivit. Ils arrivèrent à tant pour voir une brutale bourrasque ouvrir les fenêtre de la cuisine, un bruit de verre brisé résonna dans la pièce. Les clochettes du carillon de cristal se trouvant devant la porte d’entrée tintinnabulèrent.

- Ma chérie, sens-tu cette familière odeur de menthe poivrée ? demanda Edgar hébété.

- C’est elle, c’est grand-tante Gertrude qui revient, elle est de retour… dit Agatha complètement hystérique.

Le vieux fauteuil à bascule en chêne recouvert de coussins écarlates se mit à se balancer dans un grincement plaintif.

- Mon Dieu, « elle » est revenue d’outre tombe, balbutia Agatha.

- Mais enfin, que me racontes-tu, tu es sûre que tout va bien ? Les fantômes n’ existent pas tu sais… Tata Gertrude est morte , ma chérie, elle ne peut pas revenir… tenta de rassurer Edgar.

- Ce ne peut être qu’elle ! Elle ne m’a jamais aimée mais j’étais sa seule famille, pleura Agatha.

- Pauvre femme, murmura Edgar.

- Vite, fuyons ! Laissons la reposer en paix dans son manoir… haleta Agatha.

Agatha prit ses jambes à son cou, suivie de son époux qui tentait de la rassurer tant bien que mal.

     On ne sût jamais ce qui c’était passé cette nuit là, au manoir, mais certaines personnes lorsque la pleine lune éclaire la lugubre demeure, s’accordent à dire qu’ils aperçoivent derrière la vitre de la cuisine une ombre inquiétante se balançant sur un vieux fauteuil à bascule, d’autres croient entendre un rire strident déchirant le silence de la nuit.

 

 

P.S. : je trouve que j’avais bien choisi les prénoms avec l’aide de ma soeur (cf : Agatha pour Agatha Christie, Edgar pour Edgar Allan Poe et Stoker pour l’inévitable Bram Stocker !)

Un commentaire »

  1. latitesirene dit :

    Woahou!
    C’est vrai que c’est trop bizarre, mais franchement, je n’aurais pas pu faire mieux que toi pour écrire une telle rédaction!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Dans le Jardin des mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour
| elfes, fées, gobelins...